Le projet du Studio du scénario se développe autour d'une idée cardinale : la responsabilité de l'auteur. Nous ne réduisons pas ici la responsabilité à un devoir moral ou à une éthique professionnelle, nous voulons l'entendre comme l'engagement total d'un créateur Nous défendons un cinéma d'auteurs – quel que soit son genre – où l'œuvre se construit par la volonté irréductible de ses géniteurs de communiquer un émerveillement, une douleur, un cri de révolte, un torrent d'amour, un fou rire irrépressible, un vertige. Le cinéma – nous englobons ici toutes les œuvres audiovisuelles de fiction – est un produit commercial post industriel dans la mesure où son marché n'est pas déterminé par la réponse à un besoin : il s'inscrit dans une économie de l'offre. Dans ce champ ouvert – fantasmatique – des "goûts du public" certains fabriquent des produits, d'autres, en prenant le risque d'être des auteurs, font des films. Dans ce cinéma fait par des auteurs, se côtoient des films destinés à un public confidentiel comme ceux qui trouvent une large audience parce qu'ils sont en phase avec des aspirations de la société que l'analyse économique ni le marketing ne savent mesurer. Le Studio du scénario veut favoriser l'émergence de nouveaux auteurs. Son recrutement n'exclut personne : il suffit de proposer à la sélection du Studio un projet de fiction déjà bien structuré et partiellement rédigé pour postuler comme stagiaire. Le Studio du scénario entend aussi développer son propre appareil critique en réunissant régulièrement un séminaire consacré à la responsabilité de l'auteur. Ces sessions rassemblent des scénaristes, des théoriciens du cinéma, des écrivains, des cinéastes, et tous les gens qui ont le désir de s'y investir. Les actes du séminaire vont enrichir progressivement notre bibliothèque de références.